19.08.2010

Arlette Goldberg: apporter un mieux être aux personnes âgées

goldberg.jpg

Arlette Goldeberg sera présente le vendredi 24 septembre à 15h à la médiathèque Prosper-Mérimée pour animer une conférence « L'approche réminiscence parmi les approches à effets thérapeutiques ».

Arlette Goldberg a une formation d'ethnologue et travaille en milieu gérontologique et gériatrique depuis 1989. Après avoir été chargée d'études, elle est retournée « sur le terrain » en tant que responsable de la vie sociale des résidents d'une maison de retraite parisienne, pendant plusieurs années. Elle est membre du réseau Européen. En 1998, elle a été formée à Londres à l'approche diffusée par le Réseau Européen de Réminiscence, fondé et dirigé par Pam Schweitzer, dont elle est devenue la partenaire française.

L'activité de réminiscence fait appel à la mémoire autobiographique, très liée aux émotions et aux perceptions sensorielles. En stimulant les émotions, les sens et la créativité, en favorisant l'expression, l'affirmation d'identité et le plaisir des échanges, l'objectif des ateliers est d'apporter un mieux-être aux personnes âgées. Evoquer et partager des souvenirs anciens heureux, agréables, qui ont résisté au temps et, pour certains, aux déficits de mémoire, apporte beaucoup de plaisir. Les étapes de la vie, les événements personnels et collectifs, les situations de la vie quotidienne fournissent les multiples thèmes qui forment la trame des séances d'un atelier.

Arlette Goldberg anime à Paris, des ateliers de réminiscence en accueil de jour. Elle a traduit et adapté un manuel (1) qui propose cet outil de communication en atelier ou en face à face.

En 2006, sa visite, à Bruxelles, de l'exposition européenne itinérante de Boîtes souvenirs -lancée et organisée par le Réseau Européen de Réminiscence-, a suscité son adhésion enthousiaste. Elle s'est donné pour tâche d'organiser en France des expositions de ces boîtes, afin d'inciter professionnels et familles à entreprendre cette activité. Trois expositions ont eu lieu à Paris en 2008, d'autres poursuivent leur périple en France. La même année, A. Goldberg a rédigé un petit guide (2) : «Réaliser une boîte souvenirs », qui met à la portée des professionnels la possibilité de créer une activité à la fois ancienne - mais discrète et méconnue - et innovante dans son intention sociale ou médico-sociale.

Invitée par la Maison de Retraite Jean Rostand, elle viendra parler le 24 septembre à 15h à la médiathèque Prosper-Mérimée, d'un sujet qui lui tient à coeur : « L'approche réminiscence parmi les approches à effets thérapeutiques ». Il s'agira pour elle de donner un aperçu rapide des différentes approches qualifiées de « thérapies non médicamenteuses », qui font l'objet de multiples colloques depuis plusieurs années, en mettant l'accent sur la Réminiscence. Convaincue des résultats bénéfiques de ces diverses approches sur les personnes âgées, A. Goldberg invite les professionnels à utiliser les outils qui permettent une évaluation qualitative des résultats de ces approches (journal de bord, consultation de l'entourage familial et professionnel sur l'évolution des personnes) et échelles de qualité de l'humeur, tout en restant réservée sur la fiabilité d'évaluations quantitatives en milieu gériatrique.

(1) Animer un atelier de réminiscence avec des personnes âgées. Ed. Chronique sociale, (2001) 2008, 3e édition

(2) Réaliser une boîte souvenirs. Les objets supports de mémoire. Préface de Serge Tisseron. Ed. Chronique sociale, 2009.