08.04.2010

Tout savoir sur les poissons à la médiathèque

poisson.jpg

Hormis les espèces de pleine eau (sardines, anchois, maquereaux, thons...) dont les géniteurs sont réunis en masse et qui émettent leurs produits sexuels « au hasard », sans constituer des couples définis, la plupart des espèces d'eau douce (truites, saumons, épinoches, bouvières ...) et marines côtières (blennies, gobies, labres, mérous...) adoptent des comportements souvent élaborés et complexes lors de la formation de couples « bien assortis ».

Les critères de choix (des mâles par les femelles, des femelles par les mâles) sont multiples et obéissent à des exigences visant à éviter des « mésalliances » et à favoriser la sélection des « meilleurs géniteurs » qui engendreront la « meilleure descendance » possible et seront « les meilleurs parents » possibles.

La « sélection sexuelle » pratiquée par de nombreuses espèces est à la fois « intrasexuelle » (à l'intérieur d'un même sexe, entre partenaires rivaux pour l'obtention des accouplements) et « intersexuelle » (entre les partenaires des deux sexes qui recherchent les meilleurs d'entre eux).

Elle consiste, à la fois, à :

* éviter les erreurs d'accouplements (« sélection sexuelle négative ») en évitant des croisements :

-       entre partenaires de même sexe (homosexualité) sans valeur reproductive,

-       entre espèces différentes (« croisements hétérospécifiques ») responsables de la production d'hybrides qui portent atteinte à la « pureté génétique » de chaque espèce,

-       entre membres d'une même famille (croisements consanguins « incestueux ») inducteurs d'anomalies de développement.

* favoriser des croisements « légitimes » (sélection sexuelle positive ») par un choix des géniteurs « de qualité », porteurs de « bons gènes »...

Finalement, quels que soient les choix opérés par la majorité des géniteurs et quelles que soient les précautions de « conservatisme » génétique, il existe toujours une grande diversité sexuelle qui favorise des « flux de gènes » entre les populations et assure un renouvellement nécessaire et continu des génomes.  De l'intérêt d'une grande « liberté sexuelle » !

Le diaporama consacré à la sélection sexuelle « négative » sera présenté le vendredi 9 avril à 18 h, à la médiathèque. Celui portant sur la sélection sexuelle « positive » le vendredi 16 avril à 18 h à la médiathèque.

Entrée libre.